Alina Mnatsakanian

Portable People

10.03.2012

 — 07.04.2012

Les gens mobiles, les marques, l’ancien, le nouveau, la destruction, l’évolution
Premières œuvres effectuées en Suisse, cette série contient des peintures qui ont plusieurs couches, quelque fois faites durant différentes périodes. La première couche est une peinture figurative ou un fond texturé qui existait déjà. La deuxième couche est un fond ou une figure humaine créé avec des matériaux d’emballage – utilisés pour empaqueter mes biens durant mon déménagement des Etats-Unis vers la Suisse en 2005 – ou des journaux locaux. La troisième couche présente des dessins de style toile d’araignée qui couvre toute la peinture.

Les gens mobiles
Qu’arrive-t-il aux matériaux d’emballage qui ont si précieusement gardés nos biens? Ne méritent-ils pas d’être considéré?
J’ai déballé et j’ai commencé à utiliser les matériaux d’emballage. Ont-ils transporté mes souvenirs du passé? Peut être.
Devenue plus habituée et familière avec ce nouvel environnement, j’ai commencé à lire les journaux locaux et les utiliser dans mon travail aussi.
Ensuite j’ai commencé à jouer avec les marques.

Les Marques
Nous sommes ici pour laisser nos marques et de communiquer. La communication peut être écrite. Mais qu’arrive-t-il si on ne comprend pas l’écriture ? L’écriture devient une imagerie qui ne signifie rien de concret. Mes marques sont vertes, bleues, noires…et brutes. Elles ne sont pas naturellement belles. Elles couvrent des peintures qui devaient être détruites pour être améliorées. La “destruction” devient évolution, car le nouveau ne couvre pas complètement l’ancien.
Les marques sont effectuées d’une manière automatique et spontanée sans aucune volonté esthétique. Mais elles deviennent esthétiques en s’harmonisant avec la composition qui est dessous.